• Petit à petit l'archéologie anarchiste creusoise exhume ses cadavres exquis : deux n° rares de La Bête Noire (parce que rescapés in extremis des autodafés capitalistes, voire de ses propres concepteurs) , "journal" crée à l'origine dans le cadre d'une association éponyme pour faire face à l'intolérance d'un maire socialiste vis à vis du petit monde libertaire de SA commune (Savennes).

    Le N°1 , dernier numéro de la pauvre bête sera bientôt en ligne, près des gentils cercueils marqués n° experimental, c'est pas peu dire, et n°0, c'est encore mieux,  dans la rubrique "Vieilleries locales".


    votre commentaire
  • vv


    votre commentaire
  •  Un monument de plus(mais pour des vaincus) avec le speech de BLONDEL, ex FO et ex dirigeant Lambertiste entouré des penseurs libres et de quelques socialos démo-niaques.

    La vidéo :

    russes


    votre commentaire
  •                                                  Au Fabuleux Destin
    Pourquoi courir le risque ? Pourquoi reprendre avec nos modestes moyens ce lieu qui ne vivra pas sans votre fidélité ? Nous ne sommes ni des saints ni des philanthropes. Qu'il nous suffise d'être des vivants pour désirer qu'un bistrot qui fut si accueillant ne cesse pas de vivre.
    Si nous avons gardé l'enseigne, le Fabuleux destin est désormais un bar associatif, un café spectacle à la p'tite semaine, où l'on sert à boire les jeudi, vendredi et samedi. Et nous régalerons, chaque fois qu'il nous sera possible, vos yeux, vos oreilles et vos méninges.
    Expositions, lectures, conte, théâtre, danse et musique, projections, débats, ateliers : autant d'occasions d'inviter à l'inattendu, d'allumer le désir de goûter à tous les genres sans préjugés. Il ne tient maintenant qu'à vous, à nous, que se construise ici un lieu chaleureux, d'aventure artistique, d'intelligence active, d'émotions partagées.
    Au plaisir de vous y retrouver...
                                                 l'équipe du Fabuleux Destin

                                         Le programme, ICI


    votre commentaire
  • Toutes les infos ICI


    votre commentaire
  • APPEL A LA CONSCIENCE CITOYENNE

     

    Le doute dont on pouvait faire bénéficier le gouvernement Ayrault semble effrité déjà. La réunion interministérielle, suivie d'une réception du collectif Romeurope puis d'une circulaire interministérielle donnant des directives aux préfets confirme la volonté du gouvernement : priorité aux expulsions. Le reste n'est que mensonge et maquillage :

    1. Si le gouvernement cherchait réellement des solutions, il aurait commencé par la levée pure et simple des restrictions à l'accès au travail pour les Roumains et les Bulgares. Il n'a pas voulu le faire.

    2. Si le gouvernement jugeait que les installations informelles de quelques 20.000 personnes en France, parmi lesquelles des Rroms, étaient inacceptables et devaient disparaître, il se serait attaqué au problème du logement, et non pas à leurs occupants, comme c'est le cas.

    3. L'urgence dont le gouvernement se prévaut dure depuis plus de 20 ans. Le mandat des gouvernants actuels expire dans un peu moins de cinq ans. Avec une réelle politique volontariste, novatrice et courageuse, les divers problèmes que rencontrent les personnes en question trouveraient une solution dans moins de trois ans. Il suffirait pour cela vouloir un vrai changement, à commencer par les mentalités et les schémas de pensée et d'action. Or le gouvernement refuse de procéder à un tel changement et persiste dans les impasses.

    4. La concertation avec les acteurs locaux que le gouvernement a annoncé est un leurre. La politique des expulsions cherche juste un alibi. Le collectif de défense des Rroms à Marseille l'a compris et il menace de boycotter la « table ronde » annoncée par la préfecture le 12 septembre.

     

    La voix des Rroms appelle toutes les associations qui interviennent en soutien aux Rroms, ainsi qu'à toutes celles qui pourraient être sollicitées, à faire preuve de prudence et de détermination dans les buts nobles que chacune de ces associations s'assigne.

    Refusons la collaboration avec des politiques désastreuses et destructrices de l'humain et de sa dignité !

    La chasse aux Rroms et aux pauvres que le système assimile à eux doit prendre fin une bonne fois pour toutes !

    Ne soyons pas aujourd'hui des alibis d'une politique condamnable pour que l'histoire de demain ne nous range pas du mauvais côté !

    Association "La voix des Rroms"
    50, rue des Tournelles
    75003 PARIS
    http://www.lavoixdesrroms.org

    Association "La voix des Rroms"
    50, rue des Tournelles
    75003 PARIS
    http://www.lavoixdesrroms.org


    votre commentaire
  • gt

     

    gt1


    votre commentaire
  • 100 citoyens de la Région Limousin déclarent:

     « Ensemble, défendons la laïcité

    et l’école publique de la République et continuons d’exiger : 

    fonds publics à l’école publique, fonds privés à l’école privée ! »

     

    7,1 milliards d’euros ! Tels sont les engagements prévisionnels de l’Etat français de financement de l’enseignement privé pour 2012 et cela pour respecter la loi Debré. Cette loi votée le 31 décembre 1959 a donné à l’enseignement privé confessionnel le statut de «service public d’enseignement ». Par ce dispositif, au mépris des principes républicains, l’État finance le principal concurrent de l’Enseignement public. C’est une concurrence «déloyale et faussée» par les pouvoirs publics eux-mêmes.

     La loi Debré est la mère de toutes les lois anti laïques. Désormais insérée dans le Code de l’Éducation, la loi du 31 décembre 1959 modifiée assure l’essentiel du financement des quelque 8 200 établissements privés d’enseignement sous contrat, presque tous confessionnels, qui accueillent un peu plus de deux millions d’élèves, soit 17 % du total des effectifs scolarisés et l’État prend en charge le salaire des 140 000 professeurs exerçant dans ces écoles, collèges et lycées privés.

     Digne héritière de la loi Debré, la loi Carle votée en 2010, accentue encore ce subventionnement public à l’enseignement privé en obligeant les maires à payer une partie de la scolarité des élèves de l’enseignement privé non scolarisés au sein de leur commune !!!Ainsi chaque année, des milliards d’euros des impôts payés par les citoyens sont reversés par l’Etat et les différentes collectivités à l’enseignement privé.

     Il faut en finir avec le détournement des fonds publics au profit du privé, il faut exiger et obtenir l’abrogation de toutes les lois anti laïques (des lois Marie Barangé à la loi Carle), en abrogeant en premier lieu la loi Debré du 31 décembre 1959, car tout l’arsenal anti-laïque en découle (une vingtaine de lois et décrets anti-laïques ont été adoptés par les gouvernements successifs de 1960 à 2012).

    A propos de fonds publics et de laïcité en Limousin….

     Le Conseil régional du Limousin a adopté le 22 mars 2012 à la majorité des élus le principe de l’extension de la gratuité des manuels scolaires aux lycées publics et….privés ! Nous soussignés, citoyens, militants laïques, enseignants, syndicalistes, parents d’élèves et libres penseurs, nous nous élevons contre une telle décision, une de plus prise par la majorité du Conseil régional remettant en cause la laïcité institutionnelle. En effet des fonds publics générés par l’impôt des citoyens vont financer ceux qui ont fait le choix d’une autre école que celle de la République.

     Rappelons également qu’en matière de laïcité le Conseil régional a été condamné pour avoir versé des subventions publiques à l’organisation des ostensions limousines organisées sous l’égide du diocèse de Limoges. Saisi par des laïques, le Tribunal administratif de Limoges avait déclaré ces subventions illégales par un jugement rendu le 24 décembre 2009 condamnant ainsi le Conseil Régional ainsi que d’autres collectivités. Le Président du Conseil régional M. Denanot avait alors fait appel de cette décision devant la Cour Administrative d’appel de Bordeaux qui avait confirmé le jugement de 1ère instance.

     A nouveau aujourd’hui une décision de subvention du Conseil régional est contestée en justice par des citoyens des 3 départements du Limousin. De quoi s’agit-il ? La commission permanente du Conseil régional du Limousin dans sa séance du 24 Mai 2012 a, notamment, voté une subvention d’un montant de 47 000€ à l’association Calendreta Lemosina de Limoges qui gère une école primaire privée pratiquant l’enseignement en immersion en occitan dès 3ans, école qui a scolarisé 57 enfants en 2012.

     Nous ne contestons nullement le choix de parents de préférer une école privée à l’école publique de la République. En revanche nous contestons que des élus de la République, en l’occurrence la majorité du Conseil régional, outrepassent la loi en matière de soutien de projets scolaires pour subventionner une école primaire qui plus est privée. En effet, le Conseil régional n’a pas la compétence de subventionner quelque école primaire que ce soit, qu’elle soit privée ou publique, associative ou confessionnelle.

     11 citoyens de la Région Limousin dont les noms suivent ont déposé le 7 août dernier une requête au Tribunal administratif de Limoges pour demander que soit jugée illégale la délibération accordant une subvention de 47 000€ à cette école privée.

     Geneviève ALBERT-ROULHAC, Docteur en droit, (87) Martine AUMETTRE, Agent des Finances publiques (19) Marie-Noëlle CAIRE, Professeur d’anglais (87), Gérard CHAUVAT, Professeur de mathématiques, retraité (23), Roger CREPIN, Inspecteur de mathématiques retraité, DDEN honoraire (87) Gérard GIBAUD, Fonctionnaire, retraité, (87) Benoit LADHARI, Professeur d’histoire géographie (19), Théodore MANESSE, Professeur de génie mécanique (87), Maryline MAUREIL, professeur des écoles (87) Gaëlle PETIT-CLAVAUD, professeur d’EPS (87), Jacques TEXIER, Professeur de mathématiques, retraité (87).

    Nous soussignés, soutenons ces onze citoyens laïques qui ont saisi la justice. Nous sommes des professeurs, instituteurs, parents d’élèves, citoyens laïques de toutes professions qui nous prononçons pour la défense de toutes les cultures et de toutes les langues, mais dans le même temps estimons comme ces onze citoyens laïques que la République doit refuser la discrimination et doit assurer l’égalité en particulier pour tous les enfants quelle que soit leur origine sociale.

     Alors que les réductions de budgets affectent gravement l’école publique, comment comprendre que l’impôt de tous les citoyens puisse favoriser une petite minorité d’élèves dont les parents ont choisi pour eux une école différente de celle de la République et un enseignement différent de celui dispensé dans l’école publique ? N’y-a-t-il pas là un caractère ouvertement discriminatoire à verser la somme de 47 000€ prise sur l’impôt levé sur tous les citoyens pour 57 élèves d’une école privée alors que 61 000 élèves sont scolarisés en primaire dans la région Limousin et n’auront eux aucune subvention du Conseil régional ?

     En soutenant ces onze citoyens laïques qui demandent que soit respectée l’égalité de traitement pour les enfants scolarisés dans la République, qu’il soit mis fin à la discrimination, que les fonds publics soient réservés à la seule école publique, notre démarche n’est guidée par aucun but politique, lucratif ou médiatique. Elle est citoyenne et vise uniquement la défense d’une valeur fondatrice de notre République, garantissant l’unité de la Nation et l’égalité de ses citoyens et du bien vivre ensemble, la laïcité.

     Etre laïque, c’est faire sien et défendre le principe républicain :

    « fonds publics à l’école publique, fonds privés à l’école privée ! »

     

    Véronique BAULANT, enseignante, syndicaliste (87) – Claire-Aline BRANDY, professeur des écoles (87) - Alain CATHELOUX, retraité de l’Education nationale, DDEN (87) - Sylvie CERCLIER, professeur retraité (23) – Chantal CERUTTI, professeur d’anglais (87) - Pierrette CHATARD, directrice d’école retraitée (87) – Jean-Pierre CHAUFFIER, cheminot retraité, militant syndical et associatif (87) – Raymond COUDERT, agriculteur retraité, Libre penseur (87) - Yvette CREPIN, professeur de lettres honoraire (87) – Daniel CULIOLI, comptable retraité (87) - Jean-Louis DARNIS, technicien en céramique, syndicaliste et Libre penseur (87) – René DEFEMME, retraité des mines, Libre penseur (87) - Eliane DEFREMONT , enseignante retraitée (87) – Gérard DEL POZO, retraité (87) – Jean-Marie DESBRUGERES, retraité de la métallurgie, Libre penseur (87) - Agnès DORILLAC, retraitée (87) – Jacqueline DUBRAC , enseignante retraitée, Libre penseuse (87) – Patrick DUBRAC, artiste peintre, Libre penseur (87) - Marie-Jo DUMASDELAGE, professeur de philosophie retraitée, adjointe au maire de Saint-Junien (87) - Jean-Louis ESCARFAIL, retraité SNCF, Responsable des Editions le Bruit des autres (87) - Pierre EYMARD, employé (87) – Arsène EVEN , retraité de la poste, maire honoraire (87) – Dominique FOURGEAUD, professeure des écoles retraitée (87) – Jean-Pierre FRACHET, médecin (87)- Jean-Paul GADY, retraité de la métallurgie, Libre penseur (87) – Christian GAUTHIER , agriculteur retraité, Président délégué du comité ANACR de Cieux - Gilles GEIRNAERT, céramiste retraité, Porte parole du M’PEP (87) - Madeleine GERALD, retraitée, Libre penseuse (87) – Didier GUENAND, retraité , Libre penseur (87) - Jean-Jacques HECTOR, ingénieur informaticien retraité (87) - Pascale LAVAUD , technicienne de laboratoire, Libre penseuse (87) – Odette LEGER, fonctionnaire retraitée (87) - Daniel LETINAUD, artisan retraité (87) - Christian MALIVERT, professeur de mathématiques retraité (87) – Hervé MAUREIL, inspecteur de salubrité DDASS retraité (87) - Marie Françoise MAUREIL, retraitée de l’administration du Conseil général (87) - Marjolaine MAURETTE, paysanne syndicaliste, élue municipale (23) - Victoria MELGAR, militante pour la défense des droits de l’Homme (87) – Jacqueline NEURDIN, universitaire retraitée Libre penseuse (87) - Annie NICOLAS , retraitée, Libre penseuse (87) – Patrick NICOLAS , retraité, Libre penseur (87) – Marie France PHILBERT, cadre de la fonction publique retraitée, responsable associative (87) - Catherine PLANET, retraitée de la Fonction publique territoriale (87) – Anne-Marie PRADEAU, professeur de STV (87) - Françoise PRESSET, professeur de mathématiques (87) - Jean-Louis PRESSET, retraité de l’Education nationale (87) – Claudine SANVOISIN, retraitée de l’Education nationale, Libre penseuse (87) – Daniel SANVOISIN, retraité, Libre penseur (87) – Dominique SIRIEX, boulanger retraité, Libre penseur (87) – Dominique TABARANT, professeur des écoles (87) - Bertrand TACCHELLA, artiste peintre (87) – Benjamin TASSEL , informaticien (87) - Monique TEXIER, Professeur de Mathématiques, retraitée (87) - Philippe VASSE, syndicaliste (87) –

     

     Je m’associe à cette déclaration, j’autorise la publication de mon nom comme signataire de cette déclaration :

     

    Nom : Prénom :

     

    Adresse :

    Courriel :

    Profession :

     Qualité, responsabilités associatives, syndicales…, mandat électif, etc :

     


    votre commentaire